Un nouveau procédé permet le nettoyage du filtre sans démonter les tuyaux d’entrée et de sortie

Bielefeld, le 15. 05. 2015.  Le filtre à particules du véhicule diesel est plein de suie et de cendres. Faut- il le remplacer? En tous cas, c’est ce que prétendent les constructeurs automobile. Une dépense onéreuse qui, selon la marque et le type du véhicule, peut aller de 1000€ jusqu’à 4000€, voire plus. Pour le conducteur de véhicule diesel, il est nettement meilleur marché de faire nettoyer le filtre. Soutenue par sa filiale mycon GmbH et par IROsoft-Cleantec GmbH à Eisterwerda, la société Kipp Umwelttechnik GmbH a développé un procédé grâce auquel le filtre à particules peut être nettoyé en profofondeur sans aucun démontage. Le nettoyage de filtres à particules de gaz d’échappement pour automobiles est aujourd’hui déjà une pratique courante avec différents systèmes, comme par exemple un appareil de nettoyage de filtres au CO2 de mycon. Pour ce faire, il faut toutefois dégager les surfaces des filtres, les tuyaux d’entrée et de sortie doivent souvent être démontés et séparés. Le nettoyage thermique tel que le pratique IROsoft-Cleantech depuis des années prend donc beaucoup de temps. Les filtres doivent être préalablement démontés et ensuite souvent plusieurs fois brülés. Avec le soufflage de l’air comprimé, la vérification de la pression différentielle, cela prendre plusieurs jours. En plus, après le nettoyage, il faut refaire les soudures. Le procédé coûte donc du temps et de l’argent et peut entre autres entraîner aussi une baisse de performance du système d’échappement.

Thermischer Prozessablauf der Reinigung_1 Thermischer Prozessablauf der Reinigung_2 Thermischer Prozessablauf der Reinigung_3 Thermischer Prozessablauf der Reinigung_4
Déroulement du nettoyage avec le procédé thermique

Le procédé de base a été conçu il y a déjà un an et demi par Kipp Umwelttechnik dans le cadre d’un projet de soutien pour le nettoyage des filtres à particules sans démontage et a été perfectionné avec l’aide de mycon et de IROsoft-Cleantech. Ce procédé fonctionne avec de l’air comprimé et une substance qui pénètre dans le filtre. Cette substance n’est pas toxique, elle est même buvable, si l’on est prêt à accepter son goût désagréable. Le taux de réussite du nettoyage avec le projet de soutien atteignait à l’époque seulement 85% maximum, taux qui ne pouvait être optimisé qu’avec une amélioration supplémentaire. Pour développer le procédé, Kipp Umwelttechnik a utilisé les expériences passées de nettoyage ainsi que son savoir-faire dans le domaine des applications pratiques de la projection. mycon a apporté sa contribution au niveau des connaissances théoriques de la physique du courant électrique et de la fabrication de machines. IROsoft- Cleantech, quant à elle, au niveau de l’expérience dans le domaine du nettoyage des filtres et des modèles de filtres à nettoyer correspondants. Un prototype existant a été transformé et donné à IROsoft-Cleantech pour le tester. L’analyse détaillée a très vite indiqué les changements à faire pour optimiser le procédé. Les premiers filtres ont pu être nettoyés à fond sans démontage. Les vérifications de la pression différentielle ont donné des valeurs identiques à celles d’un filtre neuf. La différence de poids entre un filtre non nettoyé et un filtre nettoyé correspondait aux observations accumulées pendant des années par IROsoft-Cleantech. Le temps de nettoyage, par filtre, est bien inférieur à 10 minutes, de plus, le nettoyage est entièrement automatisé. Kipp Umwelttechnik a fait analyser le procédé par l’université de Paderborn déjà depuis quelque temps, afin de déterminer les paramètres qui ménagent le plus les matériaux. L’analyse a montré que le nouveau procédé de l’entreprise, tout comme le procédé au CO2 de mycon présentent de très bons résultats pour le nettoyage. Les résultats sont au moins les mêmes que ceux du procédé thermique.Pour les deux, pour le procédé nouveau comme pour celui au CO2, on peut constater un fonctionnement qui respecte les surfaces catalytiques des canaux du filtre. Le nouveau procédé se distingue aussi des tentatives de nettoyage du filtre avec de l’eau additionnée de produits pour obtenir un résultat. Les avantages cités s’étendent à plusieurs domaines:

  1. Le nettoyage entièrement automatisé réduit les sources d’erreurs.
  2. Le nettoyage soigné et délicat conserve le pouvoir catalytique du filtre.
  3. Le nettoyage effectué sans travaux de démontage ni de soudure conserve la qualité du boîtier du filtre.
  4. Les risques de détérioration, comme par exemple par frittage pendant la cuisson à des températures de 550° et plus sont évités puisque les filtres sont traités seulement à une température de 350° après le processus de nettoyage.
  5. Le temps de nettoyage très court diminue la durée d’immobilisation du véhicule.
  6. Le coût du nettoyage des filtres est réduit.

Le prototype élaboré est toujours utilisé par IROsoft-Cleantech et sera , dans l’avenir, sans cesse actualisé. Kipp Umwelttechnik et sa filiale mycon vont évaluer les expériences faites avec le prototype et vont mettre en fabrication la première série d’appareils. Le procédé sera commercialisé au niveau international à partir du mois de novembre de cette année. Dans un marché en pleine expansion, la demande pour le nouveau procédé de nettoyage des filtres à particules de suie, procédé écologique, rapide et bon marché est déjà forte.